Que peut (r)apporter Dimitri Payet ?

En ces temps agités de mercato, les débats font rage sur la pertinence du recrutement de Payet. Certains se posent des questions sur le rendement de l’investissement et le risque que cela impliquerait sur les capacités futures du club à recruter quand d’autre remettent en question le rendement sportif du joueur. Afin d’y voir plus clair, je vais tenter de mesurer son impact potentiel sur l’équipe et les conséquences financières qui en découlent.

La méthode pourrait être plus élégante, avec plus de données ou plus de temps de ma part passé sur la modélisation. J’imagine malgré cela que JH Eyraud, en tant qu’entrepreneur avisé, tient ce type d’étude (en mieux) pour alimenter le business plan de l’OM Champion project.

1.    Contribution aux buts marqués

Afin de simplifier l’exercice, je m’intéresserai uniquement à la contribution de Payet aux buts marqués, laissant de côté l’impact (non nul) de sa présence sur l’efficacité défensive de l’équipe.

L’échantillon est constitué des 3.5 dernières saisons de Dimitri Payet en championnat :

  • West Ham 1617
  • West Ham 1516
  • Marseille 1415
  • Marseille 1314
A partir de cet échantillon, j’en déduis sa contribution potentielle au score, en utilisant son volume de tir, son volume de passe clés et ses taux de conversion en but et passe décisive respectivement. A chaque fois j’identifie une borne basse, correspondant à sa plus mauvaise prestation sur l’échantillon et une borne haute, à l’inverse.

tab1

tab2

Afin de convertir ces chiffres en buts sonnants et trébuchants, il faut déterminer combien de minutes Payet sera en mesure de nous donner par saison. En regardant ses chiffres on note qu’il est relativement peu blessé et qu’il tient en moyenne une cadence de 2700 minutes par saison ce qui donne les résultats ci-dessous :

tab3

Et donc la distribution suivante :

distrib

Un Payet au plus bas de sa forme serait toujours en mesure de contribuer à  7.62 buts et un Payet  en feu pourrait contribuer à 29.13 buts par saison (ce qu’il n’a jamais fait en carrière mais s’en est approché, notamment à Lille).

Si l’on veut analyser son impact réel sur l’équipe, impossible de s’arrêter en si bon chemin. En signant, il remplacera un joueur de l’effectif qui, lui aussi, apporte sa pierre à l’édifice. Le coupable semble désigné, il s’agira probablement de Clinton « Calma » N’Jie. Il faut donc soustraire à la contribution de Payet, la contribution qu’N’jie aurait eu à sa place.

Pour faire simple je prends les chiffres de ce dernier sur la première moitié de saison et les extrapole sur la seconde, en considérant de façon arbitraire qu’il jouerait 10 fois 90 minutes supplémentaires (il est aujourd’hui à 7.9 x 90). S’il continuait sur le même rythme et jouait 900 minutes, sa contribution au score serait environ de 9 unités (7 buts et 2 passes décisives).

En net Dimitri Payet représente alors par saison :

tab4

2.    Impact au classement

Les différentes simulations que l’on peut trouver sur la toile électronique (comme disait Stéphane Canel sur OMTV) ici, ou encore , nous voient terminer aux alentours des 58 points ou à la 5ème place.

En simulant une saison complète avec Payet dans l’effectif actuel, et en comptant sur une contribution entre -1.38 et 20.13 buts quel impact cela aurait-il sur notre classement ?

Sur la base du classement de ligue 1 de ses 10 dernières années, illustré par le schéma ci-dessous la 5ème place se joue en moyenne autour des 51 buts.

butclassement

En modélisant ces données à l’aide d’une régression, il est possible d’attribuer une probabilité de classement à un nombre de buts donné. Ceci nous permet ainsi de déterminer quel serait notre classement, en fonction des performances de Payet sur une saison complète, c’est-à-dire si celui-ci nous offrait entre -1.38 et 20.13 contributions au score nettes :

tab5

Le recrutement de Payet nous donnerait en moyenne, s’il jouait toute une saison, 50% de chance d’être sur le podium, toutes choses étant égales par ailleurs, c’est-à-dire avec l’effectif tel qu’il était lors de la première moitié de saison. Sans lui nos chances sont de 14%…

3.    Impact financier par saison

tab6

Dans un monde où l’effectif resterait inchangé, l’impact de Payet serait en moyenne de 14M EUR par saison (25-11). Dans le cas d’un contrat de 3 ans et en prenant l’hypothèse (peu probable) que son niveau de performance reste stable, il rapporterait au club 42MEUR, sans tenir compte de la vente / salaire économisé de son remplaçant.

4.    Conclusion et limites de l’étude

L’intérêt de ce genre de raisonnement (outre les arguments qu’il apporte pour une discussion entre supporters) est qu’il permet d’aider un club à fixer le prix d’un joueur en fonction de son impact sur le rendement offensif de l’équipe.

Comme dit en introduction, le travail présenté ici n’a pas vocation être exhaustif, il s’agit davantage d’une illustration d’un type d’investigation à conduire avant le recrutement d’un joueur important. Au-delà des aspects financiers, d’autres éléments doivent aussi être pris en compte :

  • La portée symbolique et le message adressé aux fans.
  • L’attractivité sur des futures recrues potentielles ou les éléments de marketing.
  • L’adaptation au système de jeu, le sérieux et la mentalité du joueur, son état physique et son historique de blessure etc….
  • La courbe des performances en fonction de l’âge
Que pensez-vous de l’article ? Plus que content de pouvoir en discuter avec vous sur Twitter !