Qu’ont fait nos attaquants en première moitié de saison ?

Gomis, Thauvin, N’Jie. A eux trois, ils ont inscrit 86% des buts l’équipe et sont nos seuls joueurs à plus d’un but en championnat. En attendant le mercato hivernal et d’éventuels renforts offensifs, retour en chiffres sur leur première moitié de saison.

recap
En bleu le résultat de la comparaison Thauvin / N’Jie. 

[Sont exclus de l’analyse les penalties et les coup-francs directs – cela n’a de conséquence que pour Gomis, qui voit son total but amputé de 3 unités et pour Cabella qui a marqué son but contre Lorient sur coup franc direct. Par ailleurs, la source des données utilisées est principalement le tableau de Birdace et parfois directement le site de la LFP]

Tirs et buts, où se situe notre trident offensif ?

but-tirs
Buts et Tirs par 90 minutes

En termes d’efficacité, nos 3 attaquants se situent dans la partie « tirs beaucoup marquent beaucoup » du tableau. Dans l’équipe, N’Jie mène la danse avec un but tous les 6.25 tirs, assez proche de Gomis à 6.50. Thauvin, quant à lui, a besoin de 8.69 tirs pour marquer. Cela suffit malgré tout pour le maintenir parmi les joueurs efficaces de Ligue 1 puisque la médiane de notre échantillon se situe à 8.70. Thauvin est par ailleurs, en nombre total de tirs le troisième attaquant le plus prolifique de Ligue 1 avec 53 tirs, derrière Cavani et Pléa. Alors que Gomis est 4ème.

Pour tenter de comprendre le léger décrochage de Thauvin par rapport à ses coéquipiers et approfondir la production de nos attaquants, tournons-nous vers la qualité des tirs tentés. Afin d’évaluer celle-ci j’utilise une métrique introduite lors de mon précédent article : le but théorique par tir ou Expected Goal par tir (xG/Tir). Cet indicateur de dangerosité est calculé à partir des caractéristiques du tir (essentiellement distance et angle par rapport aux cages, mais aussi zone du corps, type de passe etc…).

xg-tir

Le cas de Gomis, par rapport à son rôle et à son poste dans l’équipe ne suscite pas de questionnement particulier. Dans notre échantillon (plus d’un tir par match, au moins un but et 450 minutes jouées) il est d’ailleurs positionné 8ème joueur de Ligue 1 quant à la dangerosité de ses frappes.

gomis

N’Jie et Thauvin, assez proches l’un de l’autre, ont une dangerosité moyenne par tir relativement faible ce qui s’explique notamment par leur position excentrée sur le terrain. Toutefois, leur relative efficacité au nombre de tirs pour un but ne laissait pas présager un positionnement sous la médiane de Ligue 1. Finalement, le chiffre de Thauvin ne surprend pas outre mesure puisque 49% de ses tirs sont tentés depuis l’extérieur de la surface de réparation et qu’en en moyenne, ce type de tir termine au fond des filets seulement 3.5 fois sur 100. En revanche N’Jie, qui tire à 60% à l’intérieur de la surface surprend davantage par la faiblesse de ses chiffres.

shotmap-njie
Version ultra simplifiée du template de shotmap créé par @Mixedknuts – Données : Whoscored

En regardant chacun de ses tirs on découvre que malgré une bonne position initiale sa moyenne est en partie plombée par un nombre significatif de tirs contrés. En 20 tirs il a été contré à 5 reprises (selon Birdace ou 4 selon Whoscored cf. ci-dessus) soit autant que sur l’ensemble de sa saison 2014/2015. Anomalie statistique ou manque de concentration de sa part, les deux explications sont plausibles même si je penche pour la deuxième option lorsque l’on connaît le contexte de son transfert. Au passage, Thauvin a aussi un nombre important de tirs contrés mais il est davantage coutumier du fait au long de sa carrière.

N’Jie et Thauvin se retrouvent ainsi dans une situation où leur nombre de buts ne reflète pas parfaitement la qualité des occasions qu’ils se procurent, autrement dit, ils sont tous les deux en situation de surperformance.

xg-g

Gomis, comme on pouvait l’imaginer, est en légère sous performance, c’est-à-dire qu’il marque moins de but que ce qu’on pourrait attendre au regard de ses tirs (volume et qualité). Ce n’est pas une surprise quand on repense à quelques-uns de ses ratés, mais c’est toujours bon d’en avoir la confirmation chiffrée. Sur cette moitié de saison il est ainsi possible de chiffrer le « coût » de sa maladresse à environ un but.

Et les passes ?

Comme le montre le tableau initial de cet article, Thauvin est à l’image de son jeu, tout en générosité. A titre d’exemple, il délivre quasiment deux fois plus de passes suivies d’un tir que ses partenaires d’attaque. xa-pc

Le graphique ci-dessus nous indique que la qualité de ces passes dites « clés » est relativement similaire à celle de N’Jie. Celle-ci est évaluée par la probabilité que cette passe devienne une passe décisive – autrement dit que le tir sur lequel elle débouche devienne un but. En somme plus ce ratio est élevé plus cette passe ressemble à un caviar pour l’attaquant. A ce jeu-là c’est Cabella qui mène les débats à l’OM et se retrouve même 12ème sur les 140 joueurs de l’échantillon.

N’Jie et Thauvin sont tous les deux dans le top 25% de la Ligue 1 pour cette métrique. [Au passage, le pourcentage de passes réussies de Thauvin, à 75.7% cette saison, est trop faible pour un ailier].

On s’étonnera peut-être de retrouver Maxime Lopez sous la médiane. Le détail de ses passes clés nous révèle toutefois qu’il s’agit pour moitié de centres ou des corners, qui finissent plus rarement en passe décisive qu’une balle en profondeur ou une passe en retrait.

Suite du championnat et mercato

Sur la base de ces chiffres que peut-on espérer de notre trident offensif pour la deuxième moitié de saison ?

Les performances de Gomis et Thauvin sont en ligne avec leurs performances théoriques et on peut s’attendre à ce que leur deuxième moitié de saison soit semblable à la première. Gomis devrait continuer à se procurer des occasions de bonne qualité et en rater quelques-unes. Thauvin devrait continuer à tenter des tirs de  loin et en rentrer quelques-uns.

En revanche, N’Jie peut-il continuer à marquer 0.36 par 90 minutes et donc potentiellement terminer la saison autour des 10 unités ? La qualité initiale des tirs peut nous permettre d’y croire à condition qu’il fasse preuve de plus de concentration quant à la position des défenseurs adverses. Comme expliqué, on sait qu’il en est capable.

A partir de là quelle stratégie adopter pour le mercato d’hiver ?

Gomis : sa production actuelle le place dans le haut du classement des attaquants de Ligue 1 sur de nombreux indicateurs. Trouver mieux est toujours possible mais les opportunités sont rares et le risque de surpayer un joueur en janvier est très élevé. Lui trouver une doublure autre que Rabillard ou Iseka qui semble ne pas convaincre pourrait être utile mais dépendra fortement de ce que le marché a à offrir. Cet été en revanche, il est très probable que nous cherchions son successeur et si l’on veut obtenir un meilleur rendement, il faudra compter sur une somme entre 30 et 40M d’euros.

Thauvin : titulaire indéboulonnable sur son aile droite, la question de sa marge de progression peut toutefois se poser pour cet été – Par exemple, son taux de passes réussies plutôt en dessous des standards ne s’améliore pas depuis 4 saisons. Un autre problème est son nombre de passes décisives, puisqu’il n’a pour l’instant jamais dépassé 4 unités sur une saison, ce qui est assez bas pour un ailier dans le 4-3-3 de Garcia. Un Deulofeu aurait davantage le profil par exemple. Quoiqu’il en soit, son cas n’apparaît pas prioritaire cet hiver et il peut être remplacé par Alessandrini s’il se blesse. On sait que ce dernier a le potentiel pour être un bon joueur de Ligue 1, mais visiblement, la pression marseillaise ne lui permet pas de retrouver son niveau rennais.

N’Jie : c’est un peu le facteur X. J’aimerai continuer à le voir évoluer sous nos couleurs avec un peu plus d’implication. Il a un rendement correct, un joli potentiel, et là aussi, à part Ntep, les profils annoncés ne donnent pas de garanties plus solides sauf à surpayer. Cabella est par ailleurs son remplaçant naturel avec un impact dans le jeu toutefois différent.

Vous l’aurez compris notre trident offensif est loin d’être mauvais quand bien même nous sommes loin d’avoir la meilleure attaque de Ligue 1. Comme expliqué dans le dernier article, l’équipe a encore beaucoup de mal à se procurer des tirs en quantité suffisante ainsi que des occasions de qualité. Il s’agit selon moi davantage d’un problème d’animation que d’un manque de talent de nos trois attaquants. Avec des latéraux capables d’apporter un plus offensivement et un joueur type Morgan Sanson pour apporter du liant, l’équipe serait bien mieux armée pour porter le danger sur le but adverse et espérer ainsi accrocher une qualification directe pour l’Europa League.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s